Outils d'aide à la décision

titre de la fenêtre 

Illustration-des-outils-d'aide-à-la-décision

 

Traiter ou ne pas traiter ? Telle est la question !

Cette question a pour synonyme : Intervenir pour protéger la culture … ou pas ?

Parmi les nombreuses décisions auxquelles l’agriculteur est confronté chaque jour, celle-ci est une des plus cruciales et des plus difficiles. En effet, quel que soit le mode de production, conventionnel ou bio, traiter a des incidences économiques et environnementales. Mais ne pas protéger les cultures en temps voulu peut s’avérer désastreux.

Les OAD* font partie des outils sur lesquels peuvent s’appuyer les producteurs. Associés à des observations terrain, ils donnent des éléments factuels et permettent d’objectiver les choix.

Les OAD peuvent s’appuyer sur des modélisations de maladie, sur des analyses et des indicateurs ou encore sur des protocoles précis d’observations terrain.

*Outils d'Aide à la Décision

 

Terra Millenium

Logo-Terra-MilleniumLes OAD existent aussi pour la fertilisation.

Apporter les bons éléments nutritifs, au moment où la culture en a besoin et où les conditions d’absorption sont réunies, est capital. 

Cela permet de correctement fertiliser la culture en minimisant les incidences environnementales.

Raiso'Movida

Logo-RaisoMovida

Le mildiou et l’oïdium sont les champignons principaux contre lesquels le viticulteur doit intervenir.

Raiso’Movida permet une modélisation en temps réel de ces maladies.

Le viticulteur peut ainsi anticiper la pression maladie sur ces parcelles.

Le modèle tient compte de l’évolution des parasites eux-mêmes, de la météo, de la réceptivité de la vigne (en fonction notamment de sa croissance) et de la protection phytosanitaire déjà appliquée. Le viticulteur dispose ainsi de toutes les informations concrètes disponibles pour décider des interventions de prophylaxie ou de traitement.

Lutte alternative contre les vers de la grappe

Logo-AOCLa diffusion de phéromones dans le vignoble permet de limiter la reproduction des Cochylis et des Eudémis. Les dégâts sur les inflorescences et les baies de raisin sont ainsi évités.

Le Groupe Isidore, initiateur de cette méthode en Bordelais, apporte aujourd'hui son expertise à près de 500 viticulteurs pour optimiser cette méthode sur 7 000ha.

Le suivi systématique des dégâts sur les îlots en confusion leur permet de n'avoir recours aux insecticides qu'en cas de stricte nécessité. En effet, comme avec toute méthode de biocontrôle, l'enjeu est de permettre à l'écosystème d'atteindre l'équilibre qui permettra une bonne récolte, sans destruction des ravageurs.

 

 Raiso'Météo    Contactez-nous   Raiso'Movida